Simulation du monorail sur l'autoroute 40, au carré D'youville dans la ville de Québec et traversant le pont de Québec.

Lire la suite


Voir la vidéo

 

L'avenir nous appartient

Accès aux régions

 
 
 

LE RÉSEAU DU MONORAIL SUSPENDU RAPIDE AU QUÉBEC

Cette carte n'est qu'une suggestion préléminaire du réseau national de base. Des études plus exaustives pourront déterminer les tracés optimaux, les séquences d'implantation et l'ajout, s'il y a lieu, de nouvelles lignes.

reseau

Le premier lien du monorail suspendu au Québec vers les régions sera probablement la ligne entre Montréal et Québec en raison de sa rentabilité et des décisions gouvernementales qui sont toujours incontournables dans le développement d'équipements de transport en commun de cette envergure. Ce premier lien, entre Montréal et Québec, coûterait environ 12M$/km (voir Coûts de construction).

Par la suite, une fois le premier lien établi, d'autres liaisons pourront s'y ajouter en fonction de leur potentiel de rentabilité et de développement économique. Cela comprend d’abord les lignes Montréal-Sherbrooke et Montréal-Gatineau. Plus tard certaines lignes moins rentables pourront venir compléter le réseau en fonction des décisions gouvernementales quant au support financier nécessaire. Il s’agit des lignes Québec-Saguenay, Québec-Rimouski, Québec-La Beauce, Montréal-St-Jérome, Montréal-Sorel, etc.

Ces prolongements, selon l'IRÉC (voir Coûts de construction), pourraient coûter environ 9 M$ le kilomètre, ce qui équivaut en général aux coûts d'une nouvelle autoroute. Toutefois, ce moyen de transport sera plus durable encore qu'une autoroute et exigera moins d'entretien et de réparations ce qui représente une grande économie à long terme pour l'État.

Ce nouveau système de transport serait donc un outil formidable de développement pour plusieurs régions du Québec. Il pourra relier les grandes villes régionales à la Métropole et à la Capitale, dans une heure ou plus, et ensuite relier les villes régionales situées sur les lignes entre elles, entraînant ainsi une activité de développement sur le plan économique et culturel important.

LA RÉGION DE SHERBROOKE, L'ESTRIE ET LA MONTÉRÉGIE

La région de Sherbrooke nous offre un bon exemple des avantages du monorail suspendu. Il existe un potentiel de développement économique considérable en Estrie et en Montérégie. Mais ce développement pourra mieux se structurer si le monorail pouvait relier non seulement Sherbrooke à Montréal, mais également desservir les villes intermédiaires situées dans la zone d’influence de la ligne par quelques stations judicieusement positionnées près de ces villes le long de la ligne comme Magog, Bromont, Granby, Marieville, Chambly et St-Jean sur Richelieu, en passant par Brossard ou St-Lambert.

GATINEAU

Un lien entre Montréal et la région de Gatineau pourrait desservir la Capitale canadienne.

TROIS-RIVIÈRES ET LA MAURICIE

Le monorail passerait par le Pont Laviollette pour rejoindre la 20, permettant un transfert rapide pour Québec ou Montréal.

LE SAGUENAY

SaguenayC'est de même pour le Saguenay. Une ligne pourrait relier Québec au Saguenay dans une heure environ. Un tel développement aurait un impact formidable sur les deux régions, autant le Saguenay que la ville de Québec!

Les gens de Québec et de Montréal pourraient ainsi se rendre plus facilement dans la région pour apprécier les spectacles et les nombreux autres avantages des villes environnantes.

 

RIMOUSKI

Rimouski pourrait éventuellement être reliée à Québec en une heure et demi environ, avec des gares à Rivière-du-Loup, à La Pocatière et à Montmagny. Autant ces villes feraient partie de la banlieue de Québec, autant Québec deviendrait la banlieue de ces villes régionales. Quel impact peut-on entrevoir pour cette grande région en pleine expansion!

LA BEAUCE

Un lien entre La Beauce et Québec pourrait augmenter les échanges commerciaux et culturels, permettant aux beaucerons d’accéder aux évènements de toutes sortes dans la Capitale nationale.

UNE MISE EN GARDE

Selon nos calculs, les lignes Montréal-Québec, Montréal-Sherbrooke et Montréal-Gatineau seraient les lignes les plus rentables à court terme. Les autres, comme Québec-Saguenay-Lac-St-Jean, Québec-Rimouski et Québec-La Beauce, seraient moins rentables à court terme, en raison de la faible densité de population et la circulation moins intense.

Donc, une fois le réseau installé entre Montréal et Québec à 12M$/km, et entre Montréal-Sherbrooke à 9M$/km, le réseau de monorail pourrait être prolongé ailleurs, selon certaines conditions financières. Les lignes moins rentables à court terme devront recevoir un appui financier des gouvernements fédéral et provincial, de même que le soutien financier des villes desservies par l’expansion du réseau. Également, le prix des billets devra être établi en fonction de la distance parcourue. Le réseau pourra alors s'étendre éventuellement plus à l'est et au nord du Québec.