Simulation du monorail sur l'autoroute 40, au carré D'youville dans la ville de Québec et traversant le pont de Québec.

Lire la suite


Voir la vidéo

 

L'avenir nous appartient

Description du monorail

 
 
 

train-articleLe TrensQuébec n’est pas un « train » ordinaire, avec une dizaine de wagons à la queue leu leu.

Le monorail suspendu est une nouvelle technologie de transport collectif basé sur le moteur-roue présenté par Pierre Couture en 1994. Chaque unité de transport (appelé navette), de la taille d’un autobus, est autonome et motorisé par 16 moteurs-roues électriques de nouvelle génération (adaptés au rail) et roulant sur un rail en forme de T inversé. Chaque navette peut transporter de 60 à 75 passagers assis confortablement ou 10 tonnes de marchandises en conteneur réfrigéré ou non.

Ces navettes circulent, en direction opposée, en mode suspendu sous deux rails supportés à environ 12,5 mètres du sol. Ces rails sont soutenus par une infrastructure constituée d’une ferme continue en acier (structure en triangle) laquelle est supporté par des pylônes solidement ancrés au sol et distancés d’environ 40 à 50 mètres l’un de l’autre.

L’infrastructure est à l’épreuve du gel au sol, et les véhicules peuvent braver n’importe quelle tempête puisque les rails et les moteurs-roues sont recouverts d'un dôme en métal qui les protège de la pluie, de la neige et du verglas, et donc, n’exigent aucun déneigement l’hiver. Le système est entièrement électrifié et non polluant.

De cette façon, le TrensQuébec est un monorail suspendu bidirectionnel avec des unités voyageant à haute vitesse de chaque côté de la structure sur des rails d’acier, supportées par une infrastructure haute au total d’environ 15 mètres, alors que le dessous des navettes seraient à 10 mètres du sol.

Il peut s’installer pratiquement n’importe où : occuper le terre-plein d’une autoroute en passant par dessus les viaducs, suivre une route existante, rouler au beau milieu d’un boulevard urbain, se fixer en porte-à-faux sur un pont existant, ou encore passer au dessus d’une voie ferrée.

Contrairement aux autres monorails, celui-ci peut voyager en « trois dimensions », c’est-à-dire monter ou descendre des côtes, comme un autobus, car il roule sur des pneus à haute performance. Les conteneurs peuvent se contrôler à distance et n’exigent aucun conducteur individuel, alors que les véhicules pour passagers pourront avoir un préposé disponible pour surveiller les opérations.