Simulation du monorail sur l'autoroute 40, au carré D'youville et sur le pont de Québec.

Voir l'article du TrensQuébec sur le Pont de Québec.

LIRE LA SUITE

L'avenir nous appartient

monorail video1

Soutenir le Monorail TrensQuébec 
Pour que le TrensQuébec soit déployé à travers le Québec.

Le pont de Québec

 
 
 

Le monorail TQ peut s'installer pratiquement n'importe où : sur le terre-plein d'une autoroute, au beau milieu d'un boulevard urbain, du long d'une ligne ferroviaire ou sur tout autre passage libre d'accès. (voir Description du monorail). Il peut également monter et descendre des côtes et se fixer en porte-à-faux sur un pont pour traverser une rivière ou un fleuve. Tout cela réduit considérablement les coûts d'installation, puisqu'il n'exigera pas la construction de nouveau pont ou de tunnel pour traverser une rivière, sans oublier que le besoin en expropriation de terrains privés sera réduit au stricte minimum (voir Coûts de construction). Peut-on ajouter aussi qu'il sera rapide, écologique et rentable ?

pont1Pour ce qui s'agit du Pont de Québec, le maire de Québec a financé une étude de 5M$ pour étudier la possibilité d'installer un tramway entre Lévis et Québec via le Pont de Québec. L'étude préliminaire établit les coûts du trajet de 35 kilomètres à environ 66 M$/km, pour un total de 2,3 milliards $. En plus, il est possible que la voie du tramway, si elle est construite, empiète sur une voie des automobilistes, et que le tramway ait de sérieuses difficultés, surtout l'hiver, à monter ou descendre des pentes, sinon à maintenir son horaire fixe, compte tenu des nombreuses tempêtes de neige l'hiver à Québec.

Or, non seulement le monorail fixé au Pont de Québec réduirait considérablement les coûts de construction du projet (voir Coûts de construction), mais il n'affecterait aucunement les voies réservées aux automobilistes, et surtout, il serait fiable pour son horaire, étant à l'épreuve des intempéries, n'exigeant aucun déneigement l'hiver. Pourquoi donc choisir une vielle technologie coûteuse importée qui n'est pas adaptée à nos hivers, et d'ignorer par le fait même une technologie innovatrice, entièrement québécoise, qui peut répondre adéquatement à tous nos besoins de façon plus économique ?